Journée de la non violence éducative




Créée par Catherine Dumonteil Kremer en 2003, nous fêtons aujourd’hui la 17ème journée de la non violence éducative!

Une violence éducative ordinaire ou VEO qu’est-ce que c’est?


Définition: La Violence Educative Ordinaire est une violence physique et/ou verbale qualifiée d’ « éducative » parce qu’elle fait partie intégrante de l’éducation à la maison et dans tous les lieux de vie de l’enfant dont les écoles. Elle est dite « ordinaire » parce qu’elle est souvent quotidienne, considérée comme banale, normale, et tolérée sinon même parfois encouragée.


Quelques chiffres.


Savez-vous qu’en France aujourd’hui 85% des enfants subissent quotidiennement des violences éducatives ordinaires ?
Savez-vous qu’un enfant sur deux est frappé avant l’âge de deux ans et les trois quart avant l’âge de cinq ans?

Que ces chiffres vous importent peu ou vous désolent, il s’agit pourtant d’un fait bien réel!


Des faits et gestes banalisés.


En France, une grande majorité des parents sont pour les gifles et la fessée!

« Ça lui apprendra »!

La violence éducative ordinaire ou VEO n’est pas seulement présente dans le fait de frapper un enfant. Elle est aussi la raison de paroles humiliantes, de propos blessants envers l’enfant:

« Tu n’es pas gentil », « tu me fais honte »,

ou encore de chantages, de menaces, de punitions, de mensonges et j’en passe.


Pousser un enfant, l’attraper fortement, l’envoyer au coin, le priver de dessert, crier ... sont autant de violences dites douces auxquelles le parent a souvent recours par « habitude » ou par reproduction du modèle d’éducation reçu.


Aujourd’hui je tiens à prendre la parole non pas pour culpabiliser qui que ce soit mais pour vous dévoiler une vérité cachée sous nos yeux, montrer le chemin qu’il reste à parcourir pour offrir à nos enfants, nos adultes de demain, une éducation respectueuse.

Apprendre à se respecter et à respecter l’autre dans son intégrité.


Ce que nous disent les neurosciences.


Avec l’essor des neurosciences, nous avons la preuve que ces « méthodes d’éducation » sont néfastes pour le cerveau du tout petit et sur sa construction identitaire.

Cela entraine une sécrétion de cortisol (hormone du stress) à haute dose et peut aller jusqu’à la destruction de certaines connexions cérébrales.


Ces amas de violence engendré par l'enfant, perçus comme modèles de comportement vont , à un moment donné, se déverser: sur ses frères et soeurs, sur ses camarades de classe, puis plus tard sur le conjoint, les enfants...

Très tôt ces violences deviennent une norme pour l'enfant. Il est alors incapable de régler ses conflits autrement que par la force et la violence.

Les châtiments corporels apprennent à l'enfant que l'on peut être frappé parce que l'on est aimé ou que l'on peut frapper parce que l'on aime quelqu'un...


N'oublions pas:


  • Un enfant qui subit le chantage, fera subir le chantage

  • Un enfant punit, punira

  • Un enfant humilié, humiliera

  • Un enfant injurié, injuriera

  • Un enfant violenté, violentera

  • Un enfant frappé, frappera


Ensemble réfléchissons!

Ne pouvons-nous pas trouver d’autres solutions pour accompagner les tempêtes émotionnelles de nos enfants, souligner un comportement dangereux ou néfaste?

Accompagnons au mieux nos adultes de demain pour un mieux vivre ensemble dans le respect et dans l’empathie.

Ayez toujours cette petite phrase en tête:

Quelles valeurs est-ce que je souhaite transmettre à mes enfants?
28 vues

La cabane des p'tits mômes

Horaires

Du lundi au samedi : 9h-18h

Adresse

15 rue de Pange

57530 COLLIGNY

  • Facebook
  • Instagram

Contact

E-mail: lacabanedesptitsmomes@gmail.com

Tél: 06 22 11 70 85

Design by Claire ADELINE

SIRET: 878 419 811 00012

© La cabane des p'tits mômes - Tous droits réservés